Bulletin N°72 de Décembre 2010

Éditorial

En confiance… sur toute la ligne !
1 877-ÉTHIQUE


L’Ordre des ingénieurs du Québec a pour mission de protéger le public, de s’assurer de la qualité des services que ses membres, individuellement ou collectivement, fournissent à la société et de favoriser leur développement professionnel.

C'est une mission noble qui, historiquement, a permis aux ingénieurs de recueillir la faveur du grand public au baromètre des professions. Or, dans un sondage paru dans Le Journal de Montréal1 à la fin du mois de septembre 2010, ces derniers recevaient un taux de confiance de 69 %. On peut d’ailleurs lire : « […] les policiers (-5 %), les juges (-4 %) et les ingénieurs (-3 %), tous impliqués de près ou de loin avec les différents scandales, sont en régression. »

Il faut dire que nous avons affaire à une nouvelle problématique en matière de manquements au Code de déontologie des ingénieurs. Auparavant, on sanctionnait le plus souvent en fonction de la qualité du travail des ingénieurs.

Si les notions d’éthique ont toujours été au cœur de nos valeurs, l’écho prolongé des allégations de prétendues malversations, soulevées au cours des deux dernières années, étiole sérieusement la notion de confiance du public à l’endroit de notre profession.

Dans un contexte relevant directement des prérogatives de l’Ordre, nous avons le devoir de répondre adéquatement au nombre accru de demandes d’enquêtes - 488 ouvertures de dossiers en 2009-2010, comparativement à 80 en 2008-2009. On parle ici de protection du public, l’essence même de notre raison d’être. Nous l’avons dit, et je le répète, il fallait agir !

Le silence n’est pas toujours d’or… Reconnaître un problème, pouvoir en parler avec - le sentiment d’être écouté - contribuent à le régler.

Sur cette prémisse est née l’idée d’une ligne éthique, un outil à la fois simple et fiable, pour offrir des pistes de solution de toutes sortes, et en toute confidentialité, aux membres de l’Ordre et, bientôt, au grand public.

Le numéro 1 877-ÉTHIQUE constitue l’un des volets du programme d’intervention en éthique et déontologie adopté par le Conseil d’administration et piloté par le Bureau du syndic de l’Ordre.

Le numéro 1 877-ÉTHIQUE vous donne accès à des professionnels sensibilisés à l’importance d’offrir une écoute attentive et active tout en suggérant des documents de référence éclairants pour la suite des choses.

Je vous invite d’ailleurs à lire, dans le numéro de décembre de PLAN, la chronique signée par la syndique de l’Ordre, madame l’ingénieure Jeannette Gauthier. Vous serez à même de constater que plusieurs autres interventions viennent appuyer notre démarche. Ce sont des actions concrètes et réalistes qui démontrent tout le sérieux accordé aux problèmes d’éthique qui réussissent à fissurer les fondations pourtant solides de notre profession.

Les enjeux auxquels l’Ordre et notre profession font face sont multiples. Dans une perspective plus large, la mondialisation, le développement durable, le renouvellement des infrastructures, l’intégration des professionnels formés à l’étranger, la délocalisation des services de génie, les changements climatiques et – démographie oblige – la relève en génie, particulièrement chez les jeunes femmes, constituent des thèmes sensibles qui nous interpellent comme professionnels du génie.

Pour réussir dans une telle conjoncture, il faut se donner les moyens pour détenir solidement les atouts maîtres. Dans cette optique, la confiance de public envers notre profession est essentielle pour avoir les coudées franches et relever les défis du 21e siècle.

1 877-ÉTHIQUE y participe sur toute la ligne !

Maud Cohen, ing.
Présidente, Ordre des ingénieurs du Québec

Pour commentaires, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .



1. Sondage Léger & Léger, Journal de Montréal, 29 septembre 2010, p. 27

Imprimer