- A A A A +
Bannière
Accueil Consulter les Archives 2011 Février 2011 Éditorial Faire ensemble

Offres d'emploi

Formations

 
Meilleurs cours du colloque
Dès septembre 2013



De retour cet automne
Les Après-midis du Génie
 

Bulletin N°75 de Février 2011

Éditorial

Faire ensemble

Parmi les 60 000 membres de l’Ordre, on distingue plusieurs groupes qui constituent en eux-mêmes une valeur ajoutée pour l’ensemble. Le présent numéro de PLAN porte sur les femmes en ingénierie et les professionnels formés à l’étranger (PFÉ), deux groupes dont la croissance est constante. Vous y trouverez de nombreux témoignages de femmes qui ont fait reculer les barrières et de PFÉ fiers de faire part de leurs expériences d’acclimatation, parfois au sens premier du mot !

Les femmes en ingénierie
Le mois de mars, et particulièrement la journée du 8, est l’occasion de souligner le chemin parcouru par les femmes. Je m’associe bien entendu à cet hommage rendu à mes consœurs. Les progrès réalisés en seulement quelques décennies, grâce à des pionnières nous permettent maintenant d’œuvrer sur un pied d’égalité dans bien des cas avec nos confrères ingénieurs, bien qu’il faille rester vigilants.

À mon avis, tout le monde y gagne. Les femmes, vous le lirez, gèrent autrement que les hommes. Elles exercent un leadership qui mise davantage sur l’humain ; c’est leur nature même. Cependant, il faut se garder de tout jugement de valeur. La philosophie de gestion des hommes et celle des femmes se complètent. Ce « faire ensemble » constitue selon moi un avantage certain, à la fois pour l’entreprise et pour ses employés, en apportant un éventail plus large d’options de gestion adaptées à des situations particulières. Le meilleur des deux mondes, en somme.

Les professionnels formés à l’étranger (PFÉ)
Dans le même esprit, les PFÉ représentent, eux aussi et à leur façon, une valeur ajoutée tant pour la société que pour notre profession. Ils apportent une diversité de connaissances et d’expérience qui enrichissent les projets auxquels ils participent et les équipes dont ils font partie. L’Ordre a vu juste et a signé dès 2008 un protocole d’entente avec le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles pour mieux répondre aux besoins des PFÉ aspirant à devenir membres de l’Ordre. Un plan d’action s’en est suivi, incluant de la formation.

Ainsi, au cours de l’automne dernier, près d’une centaine de personnes ont pu suivre une formation conçue à leur intention pour les aider à s’intégrer harmonieusement à la société québécoise et à la profession. En une vingtaine d’heures, le programme aborde le contexte général de la pratique de l’ingénierie au Canada et au Québec, les lois et règlements régissant la profession, l’éthique et la déontologie, les façons de communiquer au sein des organisations et de la société québécoise. Ce faisant, les participants tissent la base de leur premier réseau de contacts dans leur pays d’adoption.

Poursuivre les efforts
Est-ce que la représentation de ces deux minorités est en passe de devenir paritaire ? Un idéal, j’en conviens, mais combien intéressant. En attendant, l’Ordre poursuivra ses efforts pour que ces avancées se confirment et pour que l’idéal de faire ensemble prenne tout son sens pour chacune et chacun des 60 000 membres de l’Ordre et devienne réalité.


Bonne lecture !
Pour commentaires, Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .
 

Imprimer PDF

Publicité

Bannière
Bannière
Bannière
Bannière
Bannière
Bannière
Bannière