- A A A A +
Bannière
Accueil Consulter les Archives 2010 Juillet 2010 Le saviez-vous ? L’ingénieur peut-il utiliser l’abréviation « P. Eng. » lorsqu’il promeut ses services en anglais ?

Offres d'emploi

Formations

 
Meilleurs cours du colloque
Dès septembre 2013



De retour cet automne
Les Après-midis du Génie
 

Bulletin N°67 de Juillet 2010

Le saviez-vous ?

L’ingénieur peut-il utiliser l’abréviation « P. Eng. » lorsqu’il promeut ses services en anglais ?

LA QUESTION DU MOIS : «L’ingénieur peut-il utiliser l’abréviation « P. Eng. » (Professional Engineer) lorsqu’il promeut ses services en anglais? »

RÉPONSE : La réponse est non à moins qu’il soit membre d’une association professionnelle d’ingénieurs qui lui a attribué ce titre. Hormis ce dernier cas et afin d’éviter toute confusion, l’ingénieur devrait employer l’abréviation Eng. lorsqu’il promeut ses services en anglais.

DISCUSSION :

Dans le Bulletin aux membres No 63 de mars 2010 intitulé « Ingénieur et annonce publicitaire » nous vous avons exposé que le Code de déontologie crée une obligation impérative à l’ingénieur d’indiquer son nom et son titre professionnel dans toute publicité ou représentation1.

En fait, il n’y a que les seuls titres professionnels « ingénieur » et en anglais «engineer » qui sont attribués aux membres en règle de l’Ordre des ingénieurs du Québec (ci-après « OIQ »)2. Certains ordres professionnels ailleurs au Canada attribuent à leurs membres le titre « Professionnal Engineer » dont l’abréviation est « P. Eng. ».

Or, en employant le titre « Professional Engineer » ou son abréviation « P. Eng. », l’ingénieur qui est uniquement membre de l’OIQ peut induire le public en erreur en laissant croire qu’il est détenteur d’un permis d’exercice l’autorisant à exercer la profession d’ingénieur dans une autre province du Canada. Du même coup, cet ingénieur pourrait être considéré faire de la représentation trompeuse quant à ses activités professionnelles3 et s’attribuer des qualifications professionnelles qu’il n’est pas en mesure de justifier4.

En cas de doute sur le contenu de la présente chronique, ou pour obtenir des informations supplémentaires sur une question de nature déontologique, nous vous invitons à communiquer avec un des avocats au Bureau du syndic de l’Ordre des ingénieurs du Québec au 514 845-6141 ou au 1 800 461-6141.


Me Josie Goffredo avocate
Procureure au Bureau du syndic de l’Ordre des ingénieurs du Québec.


Le Bulletin No 67 a été modifié le 7 juillet 2010.


1Article 5.01.03 Code de déontologie des ingénieurs, c. I-9, r.3
2Article 32 du Code des professions, (L.R.Q., c. C-26) et articles 1, 22 paragraphe 2o de la Loi sur les ingénieurs, L.R.Q., chapitre I-9;
3Articles 5.01.01, 5.01.02 du Code de déontologie des ingénieurs
4Article 5.01.05 Code de déontologie des ingénieurs



Imprimer PDF
Article suivant >

Publicité

Bannière
Bannière