- A A A A +
Bannière
Accueil Consulter les Archives 2012 Novembre 2012 Éditorial Transport : des choix de société pour l’avenir

Offres d'emploi

Formations

 
Meilleurs cours du colloque
Dès septembre 2013



De retour cet automne
Les Après-midis du Génie
 

Bulletin N°96 - novembre 2012

Éditorial

Transport : des choix de société pour l’avenir

Photo président OIQ Danile Lebel, ing.Au cours des dernières années, l’Ordre s’est prononcé à plusieurs reprises sur l’état critique de nos infrastructures, alors que le grand public commentait la multiplication des cônes orange sur nos routes. Le prochain numéro de PLAN vous proposera, quant à lui, une réflexion intéressante sur les modes de transport dans notre société. À ce propos, nous aurons d’importants choix de société à faire pour l’avenir, car une saturation du réseau routier de la métropole du Québec paraît inévitable, si la tendance actuelle se maintient.

Les coûts socioéconomiques et environnementaux du transport des biens et des personnes dans notre société sont extrêmement importants. En effet, le transport est responsable de plus du tiers des émissions de gaz à effet de serre au Québec, tandis que les coûts dus aux bouchons de circulation dans le Grand Montréal étaient évalués à 1,4 milliard de dollars… en 2003 ! À cela, il faut évidemment ajouter les coûts de réfection, de détérioration et de non-disponibilité des routes causés par leur surutilisation.

Avec des coûts qui ne cessent d’augmenter et des problèmes de congestion récurrents, améliorer la fluidité de la circulation est devenu un objectif incontournable. Un objectif que les systèmes d’information modernes peuvent nous aider à atteindre grâce aux possibilités d’optimisation des transports qu’ils permettent. À un moment où le transport des biens en Amérique du Nord se fait surtout par camion et où le transport des personnes repose toujours sur l’automobile, les nouvelles technologies nous donnent la possibilité de miser sur l’intermodalité, grâce à une meilleure intégration des différents modes de transports qui s’offrent à nous.

Pour ce faire, il est important de penser aux modes de transport que nous souhaitons privilégier à l’avenir et déterminer les meilleures solutions pour répondre aux besoins des personnes et à ceux d’une économie encore largement basée sur le secteur manufacturier. Alors que nous investissons des milliards de dollars dans la reconstruction et la réfection d’infrastructures critiques, ces efforts doivent aller de pair avec la réflexion sur nos besoins en termes de modes de transport. 

Les gestionnaires d’infrastructures, les entreprises et les sociétés de transport public doivent s’asseoir autour d’une même table et prendre en considération l’ensemble des coûts et des possibilités qui s’offrent à eux. Une vision globale axée sur le développement durable qui touche l’organisation des transports et le développement socioéconomique du Québec est devenue absolument indispensable.

En terminant cet éditorial sur un sujet qui nous occupera sans aucun doute à l’avenir, je tiens à vous souhaiter ainsi qu’à vos familles mes meilleurs vœux à l’occasion des fêtes de fin d’année, en mon nom personnel et au nom des membres du conseil d’administration.
 

Imprimer PDF

Publicité

Bannière
Bannière
Bannière
Bannière
Bannière
Bannière